Prisme en Liesse

J’ai promis à Olivia d’assister à son discours ce matin;
son intervention commence dans moins de quelques minutes à Mount Claremont Farmers Market, à Perth en Australie. Moi, j’habite à Vasto en Italie ..

Ainsi, je m’installe dans un sas du centre holo-lib de Vasto, et désormais, à plus d’une dizaines de milliers de kilomètres , une petite soucoupe holo au sol de Perth s’active et s’illumine parmi celles qui sont toujours inactives et inutilisées ;
la soucoupe holo se déplace dans Perth à mon souhait et retranscrit mon hologramme dans la ville de Perth en même temps que j’éprouve la chaleur, les sensations, et les senteurs de la ville de Perth depuis mon sas à Vasto.

c’est vous dire à quel point le jumelage de ces deux villes me sauve aujourd’hui la vie; il m’aurait été, en effet, impossible d’honorer ma promesse sans les holo-lib interconnectés mis à la disposition des citadins de ces deux villes depuis la celebration du centenaire de ce jumelage en 2089.

Ça y est ! J’aperçois Olivia ! La soucoupe holo se fraie un chemin parmi les auditeurs ;
je constate par la même occasion avec satisfaction que je n’ai pas de retard.
Olivia parle :
« Bonjour ! Comme vous le savez, grâce à la distribution à l’échelle planétaire de viande de synthèse, les êtres humains ont résolu en moins d’un siècle deux problèmes majeurs :

à partir d’un simple prélèvement cellulaire, les humains ont résolu le problème de la famine et de l’insécurité alimentaire, plus un seul être humain ne meurt de faim grâce à la duplication à souhait de denrées alimentaires.
Les humains ont aussi résolu les problèmes inhérents à la condition des animaux dans les abattoirs : aujourd’hui plus un seul animal n’a besoin d’être abattu.

Sans parler des dépenses en eau et en sols cultivables qui étaient nécessaires à l’époque à l’élevage de ces animaux ;
sans parler de la dépendance des villes aux approvisionnements extérieurs de denrées alimentaires, l’humanité a accompli d’immenses progrès !

Pourtant, la distribution de ces aliments ne suscite parfois plus autant d’appétence qu’auparavant.
Où sont passées l’imagination et l’audace culinaire ?
Cela fait maintenant plus de cinq ans que notre association de citoyens « Le Banquet » tente de redonner vie aux marchés alimentaires !

Grâce à nos séances de travail en équipe, nous avons pour seule limite notre imagination ! À partir de nourriture de synthèse, nous reconstituons et travaillons les mets, et les étalages tels qu’ils existaient encore au début du siècle ! Ici pas d’imprimante 3d alimentaire !
Nous faisons appel à nos talents de modélisations, de mise en scène et de fin gourmet afin de vous proposer les meilleures expériences culinaires et alimentaires !

Nous vous invitons aujourd’hui à goûter notre poulet parmigiana, nos bâtonnets de crabe ainsi que notre ratatouille ! Rejoignez-nous ! »

Quelques minutes plus tard, je rejoins Olivia :
« L’holo-lib ne permet pas encore de goûter les aliments à distance, ce sera donc pour moi une Caponata dans la ville de Vasto plus tard ! »
Olivia me répond : « Qu’importe ! Je vous ai si bien cuisiné, vous étiez un auditoire aux petits oignons ! »
« Oui ! » répondis-je : « C’était très bon ! Mais en revanche je te trouve difficile avec les imprimantes 3d alimentaires ! Les imprimantes en trois dimensions ont changé complètement les choses ! Prenons les problèmes de logements, et d’absence de logements ! Il n’y a heureusement plus d’habitants sur terre sans logement ! Grâce aux imprimantes en trois dimensions les logements se construisent en quelques heures !
Sans parler des sinistres et des catastrophes naturelles qui parfois nous atteignent ! Tout se reconstruit très vite avec une qualité sans pareille ! »

« Oui ! Tu as tout à fait raison ! Tu n’as pas besoin de me convaincre sur ce point ! » me dit elle : « Je suis membre de la plateforme Hyperprism tu sais,

mes grands-parents m’expliquaient depuis toute jeune que le problème des logements très petit, c’est que l’espace ne permet pas de conserver les objets, il faut s’en séparer sans cesse par défaut de capacité de stockage adéquate. Ce qui est terrible, c’est que moins nous sommes riches, et plus il faut se séparer d’objets que l’on aurait pourtant souhaités transmettre à nos enfants ;

En somme moins nous sommes riches, moins nous avons d’espace de stockage, et plus nous devons nous séparer d’objets sur lesquels nous aurions pu capitaliser, sinon financièrement, du moins affectivement. C’est pour cela vois-tu que j’ai fait parti des premières inscrites à la plateforme Hyperprism : désormais, lorsque je n’ai pas d’autres solutions que de me séparer d’un objet, je l’apporte dans un centre de dé-constitution, et puis si quelques années plus tard, j’ai de nouveau de la place ou que je souhaite le transmettre dans le futur à mes enfants, et bien ils n’auront plus qu’à se rendre dans un centre de reconstitution avec imprimante tridimensionnelle et matière dé-constituée d’origine.»

« Oui, je saisis mieux ! » Lui répondis-je :
« Les quelques réserves que tu émets sont sur le plan alimentaire ! Combien de soleils artificiels procédant à la fusion nucléaire sont nécessaire pour faire fonctionner l’Hyperprism ? Il parait que le nom de ce dispositif est un hommage à Newton :

Il aurait fait passer la lumière blanche du soleil à travers un triangle prismatique pour l’étudier. »
« Trois dit-elle ! À ce propos, ne souhaites-tu pas rester voir le coucher de soleil à Perth ? » Dit-elle.
« J’aurais aimé, mais il me reste encore deux ou trois choses à régler à Vasto. »
« C’est d’accord, prend soin de toi. »

Je quitte le centre holo-lib afin de rendre visite à mes grand-parents ;
au début du 21e siècle, la notion d’immigration était essentiellement considéré d’un point de vue géographique.

Nous savons désormais qu’elle est essentiellement temporelle;
l’immigration ce n’est pas quitter un endroit pour aller dans un autre, c’est prendre de l’âge. On vieillit, et puis le monde a tellement changé que nous sommes comme sur une autre planète. Nous sommes tous des immigrés car avec le temps le monde n’est jamais semblable à lui-même, et nous vieillissons tous;
ce voyage dans le temps se fait parfois dans la douleur, mes grands parents n’ont plus tout leur repères, du moins ceux qu’ils ont été contraints de quitter en vieillissant.
Je suis architecte en technologie du numérique, je conçois virtuellement des environnements semblable à ceux de Vasto il y a 60 ans. je suis en charge de reconstituer des maisons de retraite virtuelle dans lesquelles le monde est semblable à celui que mes grands parents ont connu les précédentes décennies.
J’avais commencé ma carrière dans la reconstitution virtuelle touristique; déjà à cette époque, la cartographie, l’architecture, et la géographie n’étaient plus affaire d’espace mais de temps, ou plus exactement de mémoire et d’espace mémoire.
J’étais un architecte des espaces mémoires, les voyageurs se promenaient dans les espaces mémoires que j’avais dynamiquement alloué.
L’Italie et la renaissance, l’Italie et le travail des perspectives, et désormais l’Italie et le travail des perspectives temporelles.

Heureusement que toutes ces machines n’ont plus besoin d’extraction de terres rares et d’extraction de minéraux
qui détruisent aux passages des forêts et les sols marins.

Désormais les machines sont constituées de cellules-souches de neurones organiques cultivés, l’urbanisme n’est plus le même ; ce qui était à l’intérieur de nous à l’échelle microscopique comme un neurone est désormais hors de nous à l’échelle macroscopique.

Je suis heureux de voir que les avancées techniques nous ont permis de prendre conscience que les arbres sont des êtres doués de sensibilité. Désormais, ils ne sont plus utilisés comme

des faire-valoir narcissique emprisonné dans les villes, ni comme des éponges à pollution. Ils sont dans les forêts.

Je suis heureux qu’il y ait toujours le charme des poubelles, le charme de ce que nous appelons communément la saleté. Les villes hygiénistes des décennies précédentes m’ont toujours paru effrayantes.

Je suis heureux en revanche de l’usage de Xénobots, ces petites machines moléculaires organiques qui s’attaquent à la pollution, aux déchets radioactifs, aux micro-plastiques et à l’eau des égouts.
De nombreuses villes disposent désormais de ces essaims organiques qu’il convient de renouveler toutes les trois semaines

Voilà que je m’interromps ! J’ai oublié de regarder si j’ai reçu des messages sur mes Alighieri !
L’Alighieri est la monnaie locale de ma ville, afin de lutter contre la solitude dans les villes, cette monnaie permet de savoir qui ont été les précédents détenteurs de cette pièce de monnaie; grâce à un système de traçabilité de cette monnaie, j’ai pu rencontrer des habitants qui sont devenus ensuite mes amis et que je n’aurais jamais eu l’occasion de rencontrer ! En ville, parfois, on se sent seul au milieu de tout le monde, mais grâce à l’Alighieri

cela ajoute la magie du hasard aux rencontres, on se sent moins seul ! les objets que l’on portent voyagent parfois plus que nous-même, et savoir à quel point ils ont voyagé et à quel point ils ont été passés de main en main nous rapproche et nous fait voyager dans la ville !

L’historique des déplacements de cet Alighieri est kaléidoscopique ! Lorsque cette histoire sera terminée il y a bien quelqu’un que j’ai trouvé avec qui échanger et converser !

Je reçois d’autres notifications moins amusantes cette fois ci ! Je ne vais pas vous en parler, elle concerne simplement la gestion d’un compte en banque partagé par trois cent mille habitants de la région !

Grâce à la mutualisation d’apports financiers, nous pouvons nous porter garant les uns pour les autres et ainsi pouvoir emprunter plus aisément de l’argent aux banques lorsqu’il s’agit d’acquérir un logement.

Au moment où je traverse l’espace des drogues numériques ; un espace consacré à la création de drogue sous forme d’ondes cérébrales, je repense à mon père.

Contrairement au coût en eau gigantesque de la création de drogue organique, à la criminalité et à la dangerosité pour les consommateurs de ces stupéfiants,
les drogues numériques procurent les mêmes effets que les drogues organiques, mais n’ont aucunes conséquences néfastes sur la santé des consommateurs,
elles ne finance plus la criminalité, ne coûtent pas autant d’eau, toute cette eau qui partait en fumée, et rapporte même de l’argent aux pays.

Je repense à mon père. Avant de passer voir mes grand-parents, il faut que je fasse quelque chose.
Avant de partir. Il ne souhaitait pas de tombe ni de cercueil ni d’urne funéraire,
Il souhaitait être un prisme en liesse. Fini les cimetières disait-il. Fini les cendres. les pixels de l’arc en ciel remplacent les cendres.

Notre empreinte digitale est singulière,
grâce à protocole colorimétrique chaque empreinte singulière est associée à des nuances singulières d’une ou plusieurs couleurs de l’arc-en-ciel.

Où se trouve-t-il en ce moment, je ne le sais pas, j’aime l’imaginer parfois près de la pyramide en verre du Louvre, près du prisme en liesse.